l’identité sexuelle

Androgyne
Androgyne
Androgyne

Sur quoi se fonde notre identité sexuelle. Qu’est-ce qui fait de nous des hommes ou des femmes. Nait-on « homme » ou « femme » ou le devient-on? Qu’est-ce qui différencie le sexe d’un homme de celui d’une femme? Se sent-on davantage  homme ou femme malgré le sexe désigné à notre naissance?

Finalement comment sait-on  que nous sommes « homme » ou « femme »?

Je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager une petite blague très mignonne. Cela se passe dans une maternité, deux nouveaux-nés sont côte à côte, l’un s’adresse à l’autre et lui demande « T’es quoi toi? » et l’autre  répond qu’il n’en sait rien, et l’autre nourrisson lui dit « Attends, je vais voir sous les couvertures. » Alors? « T’es un fille…!!!…Comment tu le sais?…Ben, parce que t’as des chaussons roses… »

Sexe indéterminé 

la différenciation organes génitaux
la différenciation organes génitaux

Si l’on observe le développement du fœtus jusqu’à la 6ème semaine de grossesse, nous sommes identiques. Même si chez les mammifères, nous savons que le sexe est déterminé génétiquement lors de la fécondation.

Tout foetus secrète des hormones mâles (androgènes, testostérone) ou femelles (oestrogènes, progestérone). En fait, c’est la proportion de chacune de ces hormones qui va faire pencher la balance dans un sens ou bien dans l’autre. Pour le garçon, deux hormones interviennent pour stimuler le canal de Wolff qui deviendra le sexe masculin et une autre qui inhibe le développement du canal de Müller, c’est ce qui se passe pour les organes génitaux féminins.

Les organes sexuels au départ indifférenciés deviennent masculin ou féminin sous l’influence des hormones.

Si différents et pourtant si semblables….

Au delà de ce qui ensuite apparait comme différents, nous retrouvons de troublantes similitudes.

 

Clitoris en 3D
Clitoris réalisé avec une imprimante en 3D

Il y a peu de temps nous découvrions le clitoris en 3D grâce à Odile Fillod (chercheuse indépendante en sociologie des sciences). Cependant, malgré cela en juin 2016, selon un rapport publié par le haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes , une jeune fille de 15 ans sur 4 ne sait pas qu’elle a un clitoris. Celui-ci apparait maintenant enfin depuis peu dans les manuels scolaires.

Le clitoris est en effet l’organe qui se rapproche le plus du pénis, avec ses propriétés similaires. Il présente 7500 terminaisons nerveuses contre 6000 pour le pénis. Il possède également un corps caverneux ( une fourche dont les deux branches mesure environ 10 cm de long et entourent l’urètre et le vagin) et un corps spongieux (bulbe vestibulaire qui entourent l’entrée du vagin). Au même titre que le pénis, c’est l’organe du plaisir féminin.

 

 Vous avez-dit prostate?

Encore peu connu du grand public actuellement, le sexe féminin dispose également d’une prostate…

Depuis peu de temps en effet consignées dans les manuels médicaux, il s’agit plus particulièrement des glandes de Skène. Ce sont de petites glandes qui sécrètent un liquide au moment de l’orgasme. C’est le phénomène qui se produit lorsque l’on parle d’éjaculation féminine.

Son poids est d’environ 5 gr, soit le 1/4 de celle de l’homme, avec les mêmes pathologies (prostatite, inflammation…).
Elle se situe le long de l’urètre antérieur dans la majorité des cas, ce qui correspond au point G (la fameuse zone découverte par Grafenberg). Dans d’autres cas, elle se situe près de l’urètre et serait moins volumineuse, proche du méat urinaire.

Cela serait une réponse au mythe de la femme Fontaine. Toutefois, l’émission du liquide lors de l’orgasme est très variable d’une femme à une autre et celui-ci peut passer inaperçu.

 

HOMME ou FEMME…quelle différence…

Jaden Smith en jupe pour la collection Vuitton printemps-été 2016
Jaden Smith en jupe pour la collection Vuitton printemps-été 2016

Et si nous ne sommes pas aussi différents…. Et pourquoi les hommes s’habilleraient pas comme les femmes ? Provocation me direz-vous? Et pourquoi pas?

A l’heure en effet où les genres sont de plus en plus perméables, pourquoi les hommes n’oseraient-ils pas s’approprier la garde-robe féminine ?

Ainsi assiste-t-on lors de défilés de mode récents à l’explosion du genre. Plus de distinction entre les vêtements qui seraient typiquement féminin et ceux réservés aux hommes.

Le temps n’est pas si lointain ou porter le pantalon et avoir les cheveux courts pour une femme était une révolution. Et si nous assistions maintenant au mouvement inverse, les hommes s’appropriant les vêtements féminins sans pour autant être taxé d’homosexuels ou de travestis.

Lors de la collection printemps-été 2016 de Vuitton, Jaden Smith, Le fils de Will Smith et de Jada Pinkett, posait en jupe pour la célèbre marque Vuitton. Le jeune homme déclarait : «le monde ne s’arrêtera jamais de critiquer tout ce que je fais. Mais je vais continuer à n’en avoir rien à faire (…) comme ça, dans 5 ans, quand un gamin ira en jupe à école il ne se fera pas frapper et les autres enfants ados ne seront pas en colère contre lui. (…) je prends des coups, pour que ces kids et la prochaine génération de kids se disent que certaines choses sont normales.» Jaden Smith

 

Naît -on homme ou femme ou le devient-on?

L’identité sexuée ou l’identité sexuelle

La construction de l’identité sexuée est multifactorielle, elle dépend en effet de facteurs biologiques, sociaux et psychologiques et celle -ci peut évoluer dans le temps.

L’identité sexuée ne se réduit pas à un chromosome X ou Y. Elle ne se définit pas comme l’appartenance à un sexe ou à un autre et ne se réduit pas non plus à des comportements masculins ou féminins. Le sexe biologique ou social est masculin ou féminin. Il existe depuis peu une loi en Allemagne qui laisse l’individu libre de son choix, ceci allant à l’encontre de toute détermination physiologique. Pour le sexe psychologique, c’est être biologiquement et socialement rattaché à l’un ou l’autre sexe, mais se sentir appartenir à l’autre. Cela correspond au sentiment de se sentir homme ou femme. Telle est la distinction qu’établit Colette Chiland, psychanalyste, entre le sexué et le sexuel. Comment en effet s’approprie-t-on les normes du Masculin et du Féminin qui servent à construire notre identité?

Pour lutter contre les stéréotypes fille-garçon, une maman a créé sur son blog intitulé « Maman rodarde » des dépliants qui étaient d’abord fait à l’intention de son fils. Celui-ci qui avait tout simplement envie de mettre du vernis à ongles et ces documents ont été faits pour que ce petit garçon  puisse clouer le bec à ceux qui auraient pu lui faire des remontrances désobligeantes. Sur ce blog, il existe la version pour les garçons et pour les filles, afin que les petites filles et petits garçons « puissent être aimés et aimer ce qu’ils/elles veulent sans qu’on les emmerde. »nous dit-elle. À découvrir absolument.

 

Faut-il s’inquiéter des attirances du petit garçon ou de la petite fille ? Cela présenterait-il un danger pour leur future orientation sexuelle ? Et si tout dépendait de la réaction de l’adulte vis-à-vis des enfants?

Et vous, quelle serait votre réaction si votre homme ou votre fils s’habillait avec des vêtements féminins?

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à partager.

Vous pouvez également lire l’article « Le YINet le YANG ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *